Conseils exclusifs et informations pour les experts de sports de raquette.

FR chevron bas

RAQUETTES 08.03.2017

La nouvelle Pure Strike, sous le signe de l’offensive

Le développement d’une raquette de tennis intègre un processus où les tests ont une place prépondérante. Pour la nouvelle Pure Strike, Babolat est allé encore plus loin afin de répondre parfaitement aux besoins des joueurs, en impliquant un large réseau d’ambassadeurs à travers le monde pour un projet collaboratif inédit dans l’univers du tennis.

« Quand j’ai reçu le prototype de raquette ce fut une vraie surprise. J’ai eu le sentiment de faire partie d’un projet, de pouvoir participer à l’élaboration d’un nouveau produit. » En quelques mots, David Jobert, ambassadeur chez Babolat en France, exprime ce que tous les « testeurs » ont ressenti en découvrant la #ProjectOne7, prototype de ce qui deviendra la nouvelle Pure Strike.

Même impression de l’autre côté de l’Atlantique, « C’était un honneur pour moi d’avoir été choisi parmi les rares personnes qui ont pu tester la #ProjectOne7. Chaque fois que je jouais avec cette raquette, les joueurs sur les autres courts me regardaient, venaient me demander quelle était cette raquette et s’ils pouvaient l’essayer. La Pure Strike est solide sur chaque frappe, ce que je veux dire par là c’est que je peux faire confiance à la raquette pour faire des frappes propres sur tous les coups », ajoute Carlos Juarez (New York, Etats-Unis).

Pour bien comprendre le contexte, il faut revenir à la genèse du projet.
Il y a d’abord eu le constat. Celui fait autour de la Pure Strike d’origine, première version sortie en 2014 : « C’était un cadre exigeant, très technique et très ciblé expert, explique François-Xavier Quesse, Global Product Manager. Pour pouvoir s’adresser à encore plus de joueurs, on se devait de faire évoluer le cadre. »
Et pour y parvenir, Babolat a donc décidé de jouer la carte du programme collaboratif. Dans un premier temps, nous avons fait tester un prototype, selon notre protocole, par plus d’une centaine de joueurs experts (compétiteurs, coaches ou joueurs de niveau national). Le recrutement de ces testeurs s’est fait selon des critères répondant aux bénéfices de la raquette, à savoir des attaquants, des joueurs offensifs tournés vers l’avant. Ceux qui cherchent la frappe sèche, la possibilité de faire le point en trois coups, des joueurs qui génèrent de la vitesse grâce à beaucoup de puissance sur le haut du corps, qui sont très mobiles pour prendre la balle très tôt.

Une fois le feedback de ces testeurs analysé, le projet est entré dans sa seconde phase en élargissant le test à 300 nouveaux joueurs dans le monde entier.

Cette fois, le prototype de la future Pure Strike n’était plus noir, mais blanc. Ceci afin de ne pas influencer les joueurs et de la différencier des prototypes qui sont habituellement noirs. Son nom de code : #ProjectOne7.

L’implication des testeurs de la Pure Strike et la qualité
de leurs retours ont été riches d’enseignements.
François-Xavier Quesse. Global Product Manager

Les « happy few » qui ont reçu ces modèles uniques étaient invités à partager leurs impressions sur les réseaux sociaux. La #ProjectOne7 a vite affolé Twitter, Facebook, Instagram avec des milliers de posts provenant des quatre coins du globe. Vidéos, impressions, les ambassadeurs ont fait part de leur ressenti de la façon la plus objective possible permettant ainsi à Babolat une ultime validation de ses choix avant le lancement de la nouvelle Pure Strike : « L’implication des testeurs et la qualité de leurs retours ont été riches d’enseignements. La pertinence et la justesse de leurs remarques ont été un vrai plus pour confirmer la jouabilité et le design de la raquette. » note François-Xavier Quesse.

J’ai adoré contribuer de façon concrète à la conception
de la nouvelle Pure Strike. Dominic Thiem

Au cours de ce développement, il y a aussi eu l’apport d’un certain Dominic Thiem. En effet en avril, à Monte-Carlo, pour le tournoi qui lance véritablement la saison sur terre battue, le joueur autrichien évoluait lui aussi avec la #ProjectOne7 : « J’ai adoré contribuer de façon concrète à la conception de la nouvelle Pure Strike. C’est important de pouvoir échanger avec les équipes chez Babolat, de donner ses impressions, et aussi de pouvoir faire évoluer cette raquette qui m’a permis de gravir des échelons dans la hiérarchie mondiale depuis que je suis sur le circuit. »

Plus que progresser à vrai dire, puisque c’est avec la #ProjectOne7 que Dominic Thiem est parvenu à atteindre les demi-finales de Roland-Garros, sa meilleure performance en tournoi du Grand Chelem. « Dominic a été très impliqué ainsi que d’autres champions de notre team. Ils ont tous été très motivés de participer à ce grand test, et se sont pris au jeu de l’énigme aussi qui entourait la #ProjectOne7. » précise Jean-Christophe Verborg, directeur de la compétition.

La #ProjectOne7 devenait vite une réalité puisque le but était de pouvoir lancer en avant-première un modèle de la gamme en septembre. Au final, grâce à l’ensemble des feedbacks, la Pure Strike allait donc voir le jour en intégrant de vrais bénéfices pour les joueurs grâce à des innovations comme la technologie FSI Power qui optimise le plan de cordage avec un espace plus important entre les cordes pour apporter plus de puissance.
tout en étant nettement plus tolérante que la précédente. Ce résultat est aussi obtenu grâce à la Hybrid Frame Technology qui joue sur l’épaisseur de la section tant au cœur qu’en tête de raquette.

Une fois les données techniques acquises, il fallait maintenant valider le nouveau design de la Pure Strike d’autant que le prototype en blanc avait été plébiscité de façon unanime par les testeurs « Si la première Pure Strike était très exigeante, en revanche, son look, noir et rouge, avait marqué les esprits, il fallait donc pouvoir continuer dans cet état d’esprit » commente François-Xavier Quesse. « Dès que le prototype #ProjectOne7 a atterri chez nos testeurs, les retours sur son look ont été unanimes. Belle, différente, racée, tous les superlatifs ont accompagné cette «sortie».  Un vrai buzz s’est naturellement créé, amplifié dès l’entrée de Dominic Thiem sur les courts de Monte-Carlo » ajoute Jean-Christophe Verborg.

Au final, tous ces commentaires confirmaient donc l’idée qu’il fallait bien garder cet ADN, symbole d’audace et d’expertise. « Le look d’une raquette, c’est aussi une façon de se sentir bien quand on la prend en main. Ce blanc, cette touche d’orange, cela m’a tout de suite plu...  Elle sort de l’ordinaire, ce côté épuré colle bien d’ailleurs avec ce que la raquette m’apporte »   commente Dominic Thiem qui a réalisé une saison remarquable en 2016, couronnée par une qualification pour le Masters de Londres.

Dans un processus industriel aussi lourd et stratégique que l’élaboration d’un nouveau modèle, surtout pour ce type de cadre hybride, la marque Babolat a été plus qu’innovante. En s’appuyant sur son team de joueurs pros et ses ambassadeurs, elle est tout simplement partie du terrain pour revenir aux « laboratoires de recherche et développement ». Ce dialogue, cette conversation technique, a donc permis une vraie évolution en termes de jouabilité, et surtout de concevoir une Pure Strike tout à fait adaptée au segment visé : les joueurs attaquants qui veulent dicter le jeu et mettre la balle là où ils veulent, quand ils veulent. Une raquette puissante, précise, facile à apprivoiser et à dompter.

Après que le modèle phare, la 16/19 en tamis 630 cm², ait été commercialisé en septembre, c’est l’ensemble de la gamme qui est maintenant disponible depuis début janvier et il est clair que la Pure Strike a trouvé son public. « On a été très vite en rupture sur le pré-lancement. Finalement, cet ajustement et cette remise en cause nous rappellent ce qui est arrivé avec l’Aéro. Après la toute première version, on a su tout remettre à plat tout en gardant la philosophie du cadre et le type de joueur que l’on voulait atteindre. On avait aussi beaucoup travaillé avec Rafael Nadal pour trouver des solutions. La suite, on la connaît, l’Aéro est l’une des raquettes les plus vendues de l’histoire du tennis. Avec cette raquette, Rafael Nadal est parvenu à se construire un palmarès incroyable. On souhaite bien sûr le même destin à la Pure Strike. Qu’elle puisse permettre à nos champions de gagner des titres majeurs, que ce soit pour Dominic Thiem, ou Thanasi Kokkinakis. Et aussi qu’elle soit l’arme des joueurs de clubs qui visent la performance, qui veulent progresser en ayant pour philosophie un jeu basé sur la puissance et la précision » conclut François-Xavier Quesse.

share_it
Plus d'articles