Conseils exclusifs et informations pour les experts de sports de raquette.

FR chevron bas

PARTENARIATS 03.07.2018

De la terre battue au gazon, l’art de la transition

Après les grands rallyes et les glissades sur l’ocre, les champions du circuit doivent passer très rapidement au vert. Un changement de surface qui amène forcément quelques réglages dans le matériel et son approche du jeu.

Rallongée d’une semaine depuis un an, la saison sur herbe reste un moment particulier du circuit mondial. Elle permet essentiellement de parfaire sa préparation pour l’un des monuments du tennis mondial : Wimbledon. D’ailleurs Wimbledon est le seul tournoi du Grand Chelem se déroulant au sein d’un club privé. C’est cette particularité qui fait par exemple que le cordeur officiel n’est pas un équipementier mondial. En revanche, c’est bien Babolat qui est l’équipementier officiel de l’événement avec une gamme très complète allant de la raquette aux chaussures, bagagerie, vêtements et accessoires. Benoit Paire disputera le tournoi avec les Propulse Fury Wimbledon, customisées pour l’occasion aux couleurs du All England Club. Et l’ensemble des ramasseurs seront chaussés de chaussures Babolat. Toutes seront dotées de la fameuse semelle blanche à picots 3 mm spéciale gazon.

Babolat, équipementier officiel de Wimbledon

Des picots qui ne doivent pas dépasser les 3mm de diamètre. Là- dessus, comme sur le « dress code », la direction du tournoi ne fait aucune concession. L’objectif est bien sûr de protéger les courts pour qu’ils tiennent durant toute la quinzaine mais aussi de garantir une vraie sécurité aux joueurs. Car sans ces picots, pas d’ancrage au sol, et donc un spectacle qui ne serait pas forcément de qualité. Car on le sait, le gazon c’est avant tout des échanges plus courts que sur la terre-battue ou le ciment, une utilisation accrue du slice, et aussi des tactiques plus directes, des montées à la volée.

Les fameuses chaussures à picots de 3mm

C’est aussi parce que Babolat est l’équipementier officiel de Wimbledon que l’on verra l’Autrichien Dominic Thiem, récent finaliste à Paris, avec une Pure Strike qui troquera l’orange de sa cosmétique habituelle pour le vert londonien. D’ailleurs son coach, Gunter Bresnik nous révèle un petit secret concernant son joueur quand il joue sur herbe : « Le rebond est plus faible sur les courts en gazon, les échanges sont aussi plus courts. Pour parvenir à être plus performant avec ce type de jeu, il est assez logique d’alléger un peu sa raquette et d’adapter la tension du cordage. Ces adaptations doivent être faites quotidiennement, car les conditions changent très rapidement sur les courts en herbe ». Une analyse complétée par Lucien Noguès, cordeur Competition chez Babolat : « Bien sûr, il peut y avoir des modifications mais elles dépendent au final plus du temps que de la surface à proprement parler. En effet, l’herbe ne génère qu’un plus faible rebond, ainsi que le taux d’humidité et la température. S’il a plu, on sait que le rebond sera moins haut à cause de la plus faible température de l’air et que la balle sera plus lourde. Des joueurs peuvent donc baisser leur tension pour que l’effet trampoline soit plus accentué, ils auront donc plus de vitesse ». Cette technique fonctionne aussi pour utiliser au mieux le slice, et paradoxalement les joueurs ne changent pas leur jauge alors que cela pourrait être une solution : « C’est très rare qu’un joueur modifie le diamètre de sa corde pour passer au gazon. En revanche, il arrive plus fréquemment que les grands lifteurs qui utilisent toute la saison un cordage 100% polyester passent en hybride » note encore Lucien Nogues.

Wimbledon et Babolat c’est une vraie histoire d’amour puisque la marque française a déjà remporté avec ses cordages plus de 100 titres en simples sur l’herbe londonienne !

Plus d'articles