Rafa 20th

Rafa Nadal et Babolat – une aventure incroyable qui dure depuis 20 ans


Dimanche, alors qu’il était étendu sur la terre du court Philippe Chatrier après avoir battu Novak Djokovic, Rafael Nadal pouvait songer à la nouvelle page d’histoire qu’il venait d’écrire – une page noircie de chiffres ronds, marquant magnifiquement le 20ème anniversaire du début de sa collaboration avec Babolat.
 

La victoire de dimanche – sa 100e à Roland-Garros – a permis à Nadal de remporter son 20e titre du Grand Chelem, point d’orgue d’une période de 15 années entre le premier et le dernier (à ce jour) de ses grands titres. Après le premier d’entre eux, une victoire en quatre sets contre Mariano Puerta qui lui permettait de remporter le premier de ses 13 Roland-Garros en 2005, Nadal a téléphoné à l’équipe Babolat pour les remercier de lui avoir fourni le principal outil de son remarquable triomphe.

On ne s’étonnera pas que le joueur Majorquin ait déclaré : « Même avec la meilleure volonté du monde, on ne gagne jamais rien seul. » L’arme la plus importante d’un joueur de tennis est sa raquette, et Nadal a été accompagné tout au long de son parcours par son Aero jaune. Mais son aventure commune avec Babolat a débuté bien avant ce jour mémorable de juin 2005.

Le jeune Rafa avait huit ans lorsque Babolat a lancé sa première raquette, la Pure Drive, en 1994. Un an plus tard, le jeune garçon se révélait tellement prometteur que son entraîneur, son oncle Toni Nadal, s’est mis en quête d’une arme adaptée à son neveu gaucher. Parce que Babolat avait choisi l’Espagne comme premier marché étranger après le lancement de la Pure Drive en France, la raquette a fait partie des modèles pressentis. Le fait de la savoir utilisée par Carlos Moya lui conférait un certain prestige dans l’esprit de ce jeune garçon fou de sport ; à l’époque, Moya était non seulement un joueur espagnol prometteur mais aussi, tout comme Nadal, originaire de l’île de Majorque. Nadal a testé la version plus légère de la Pure Drive, la Soft Drive, et l’a appréciée. C’est ainsi qu’a démarré son aventure avec Babolat.

En grandissant, Nadal a adopté la Pure Drive, avant de changer à nouveau en 2004.

En 2003, convaincu que Rafael Nadal allait devenir un joueur exceptionnel qui s’appuierait sur son puissant spin pour dominer ses adversaires, Babolat a lancé ses premières raquettes « Aero », spécialement conçues pour favoriser un lift puissant. Intégrant une section aérodynamique visant à accroître la vitesse en tête de raquette afin de conférer à la balle plus de rotations par minute, elle s’est avérée parfaite pour le jeu en top-spin avec lequel Nadal s’apprêtait à conquérir le monde du tennis. Le Président de Babolat, Éric Babolat, a ainsi déclaré : « Il était clé pour nous d’accompagner Rafa sur son point fort qui devenait un atout pour le jeu, c’est pourquoi nous avons décidé d’élaborer une raquette puissante spécialement adaptée au lift extrême. » Nadal l’a adoptée en 2004, année où il a joué un rôle déterminant dans la victoire de l’équipe d’Espagne en Coupe Davis.

La première Aero lui a permis de remporter ses six premiers grands titres – quatre Roland-Garros, un Wimbledon et un Open d’Australie –, ainsi que la médaille d’or aux Jeux olympiques de 2008. À l’époque, la raquette revêtait déjà le jaune distinctif que nous lui connaissons aujourd’hui. Fin 2009, Nadal a commencé à utiliser le RPM Blast, un cordage synthétique de structure octogonale favorisant le repositionnement des cordes et permettant par conséquent d’imprimer encore plus de rotations à la balle. En septembre 2010, Nadal remportait l’US Open, et retrouvait sa place de numéro 1 mondial.

Depuis, en plus des évolutions techniques de l’Aero, deux changements importants ont été faits pour personnaliser la raquette de Rafa - enfin, « importants » selon les exigences d’un perfectionniste qui prête attention aux moindres détails.

En 2011, après six ans de progrès continus, Nadal a été confronté à un nouveau défi. Avec Roger Federer, Novak Djokovic et Andy Murray au sommet de leur forme, Rafa a eu besoin d’innover, notamment en trouvant un moyen de contrer Djokovic, qui avait pris sa place de numéro 1 mondial. Il a compris qu’il devait jouer plus près de la ligne de fond de court et, pour cela, il avait besoin d’imprimer plus de puissance sur la balle. L’équipe de customisation Babolat a travaillé sur l’ajout de bandelettes adhésives en tête de son cadre, ajoutant trois grammes au poids total de la raquette – en termes relatifs, une grosse augmentation - afin d’accentuer l’effet « marteau », en d’autres termes, la puissance.

Le résultat a été spectaculaire. Nadal bat Djokovic à Roland-Garros en 2012 et en 2013, ainsi que lors de la finale de l’US Open en 2013- un match épuisant dont le deuxième set a été l’occasion d’un rallye de 54 coups. En octobre 2013, Nadal était de retour en tête des classements.

Puis, après une autre saison difficile en 2016, Nadal a demandé l’ajout de deux grammes supplémentaires, là encore au sommet du cadre. « Hormis ces bandelettes adhésives en tête du cadre, il n’y a pratiquement aucune personnalisation spécifique sur cette raquette », a indiqué Guillaume Cambon, l’un des techniciens de Babolat travaillant sur le cadre de Nadal. Le résultat a été en 2017 un dixième titre à Roland-Garros – la « Decima » – suivi par un titre à l’US Open cette même année.

Aujourd’hui, la raquette que Nadal a en main semble différente de la Pure Aero que l’on peut voir dans le commerce, mais elle est pourtant presque la même. Babolat a travaillé avec Rafa sur un design spécial en intégrant des couleurs chaudes et audacieuses, qui pour lui revêtaient une signification particulière : du rouge, qui aux côtés du jaune de base de l’Aero évoquait le drapeau espagnol, du orange pour rappeler la terre battue et du violet, dont Rafael Nadal estime que c’est la couleur de l’honnêteté et de l’intégrité. La raquette avec laquelle il joue possède donc un dessin unique, mais de nombreux autres joueurs profitent de la même technologie et des mêmes innovations.

Aujourd’hui, Rafa a égalé le record de 20 titres du Grand Chelem de Roger Federer, et pourrait bien le dépasser en 2021. Malgré son succès, il est resté très humble, ne sous-estimant jamais ses adversaires, ne tenant jamais rien pour acquis, n’estimant jamais qu’il est seul responsable de son succès, et ne cassant jamais de raquette sous le coup de la colère. Babolat est fier d’avoir et de continuer à accompagner cet incroyable champion tout au long de son incroyable parcours.