Conseils exclusifs et informations pour les experts de sports de raquette.

FR chevron bas

RAQUETTES 16.06.2017

Pure Aero : L’Arme Fatale de Rafael Nadal

L’intégralité du règne de Rafael Nadal aura été placé sous le joug d’une seule et même raquette : la Babolat Pure Aero (ex AeroPro Drive), qui avait été conçue par et pour lui, en 2004. Saga d’une arme fatale qui a bien sûr quelque peu évolué au fil d’une prodigieuse Decima.

Ça ne s’est pas trop su, mais il s’est passé quelque chose d’extraordinaire dans la vie de Rafael Nadal l’hiver dernier : soucieux de gagner en puissance, l’Espagnol a rajouté 2 g de poids supplémentaire à sa Babolat. C’est peut-être un détail pour vous, mais 2 grammes dans le sang qui coule dans ses veines depuis le début de son règne à Roland-Garros, c’est énorme. Rafa abhorre le changement. Il joue en Babolat depuis sa prime jeunesse, encouragé par son compatriote – et désormais coach – Carlos Moya, premier joueur de l’histoire à avoir remporté un Grand Chelem avec une Babolat (Pure Drive), en 1998, à Roland-Garros.

Au tout début, Nadal jouait avec la Soft Drive, puis avec une Pure Drive lors de ses premiers pas sur le circuit. « Et quand on a compris à quel point il allait devenir fort, on a décidé de concevoir une nouvelle raquette complètement adaptée à son jeu, c’est-à-dire une raquette privilégiant la puissance et la prise d’effets », explique Eric Babolat, PDG de la société éponyme.

C’est ainsi qu’est née la Babolat AeroPro Drive (désormais Pure Aero), raquette qui se distingue, entre autres, par sa fameuse section aérodynamique (d’où son nom). Elle a été conçue avec la collaboration technique de l’intéressé qui a commencé à jouer avec en 2004. « Depuis, c’est toujours plus ou moins la même raquette, même si elle a bien sûr évolué au fil des innovations technologiques réalisées par Babolat. On a aussi procédé à quelques ajustements au niveau du cadre », explique le champion.

Ces ajustements, ce sont donc les ajouts, à deux reprises, d’un soupçon de plomb en tête de raquette pour augmenter l’effet « marteau » – donc la puissance – de celle-ci. La première opération avait eu lieu en 2012. À l’époque, Rafa sortait d’une saison difficile avec une série de défaites contre Novak Djokovic. Pour stopper l’hémorragie, il en avait conclu qu’il lui fallait absolument en « mettre » un peu plus dans la balle. Il avait ainsi rajouté 3 g. Cette année, rebelote, avec ces 2 g supplémentaires rajoutés au même endroit, tout en haut du cadre.

Ça, c’est le travail de l’un des deux préparateurs raquettes salariés de Babolat, Guillaume Cambon, qui s’occupe plus spécialement de l’instrument de travail de Rafa. « Et honnêtement, ce n’est pas lui qui me demande le plus de travail, nous a expliqué ce dernier. Hormis ces bandes de plomb en haut du cadre, il n’y a quasiment aucune intervention sur sa raquette. Par ailleurs, Rafa n’est pas un gros consommateur de raquettes : il en utilise une trentaine maximum par an. » Il faut dire aussi que Rafael Nadal est peut-être le seul joueur au monde qui peut se targuer de n’avoir JAMAIS cassé (volontairement) une raquette de sa vie !
« En moyenne, on fournit à Rafa un jeu de 6-8 raquettes et ce, 4 fois par an », détaille Jean-Christophe Verborg, directeur compétition chez Babolat, l’un des plus proches hommes de confiance du champion. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les Grands Chelems arrivent généralement en bout de piste. Un peu comme une voiture ayant fini sa phase de rodage, la raquette arrive alors au summum de son potentiel. « Surtout pour Rafa qui, du fait de sa préhension de raquette assez particulière, au milieu de la paume de la main, « travaille » lui-même la forme de son manche jusqu’à ce qu’il soit parfaitement adapté à sa main », rajoute Jean-Christophe.

A propos de manche, précisons que Rafa en utilise un de taille 2, ce qui est assez petit pour un homme, surtout de ce gabarit. Il y rajoute un surgrip, dans un cérémonial auquel il accorde une certaine importance. « La pose du surgrip est la seule chose que je tiens à faire moi-même, peut-être par superstition », sourit Rafa qui, par ailleurs, accorde une confiance aveugle au staff de son équipementier.

Autre précision importante : il joue avec la version connectée de la Pure Aero, celle équipée de ces micro-capteurs permettant de collecter tout un tas de données (nombre de coups, zone d’impact, puissance, effet, etc.) qui sont ensuite bien utiles au clan Nadal pour les débriefings. La prodigieuse Decima qu’il vient de conquérir avait déjà peu de chance d’être un jour oubliée, elle a l’assurance d’être éternelle : chacun de ses coups frappés au cours de ce Roland-Garros 2017 est dans la boîte…

La DECIM ARME…

Rafael Nadal joue avec la Babolat Pure Aero Play (version connectée), la même que l’on trouve dans le commerce. Mais, comme tous les professionnels, il utilise une version personnalisée à sa convenance en termes de poids, d’équilibre et d’inertie notamment.

Les raquettes gagnantes

Focus sur les 5 autres raquettes avec lesquelles Rafael Nadal a gagné ses 10 titres à Roland-Garros. Avec une surprise à venir…

Une raquette développée spécialement pour s’adapter au jeu et à la gestuelle de l’Espagnol. La pénétration dans l’air est facilitée par un aérodynamisme tourné dans le sens du jeu, favorisant ainsi le terrible lift de Rafa. Avec cette raquette innovante, Rafael Nadal remporte ses deux premiers titres à Roland-Garros, en 2005, à seulement 19 ans, puis en 2006. Le lendemain de sa première victoire sur la terre battue parisienne, fidèle à son image de gentleman des courts, il appellera les salariés de Babolat pour les remercier.

Une raquette identique à la précédente, mais dont la cosmétique a évolué vers le jaune. Cette raquette est associée aux victoires du Majorquin à Roland-Garros en 2007 et 2008, mais aussi à Wimbledon en 2008 après un match d’anthologie remporté face à Roger Federer. Pour la première fois, Rafael Nadal devient n°1 mondial !
En 2009, il s’impose également à l’Open d’Australie.

Après avoir effectué des essais à Lyon, chez Babolat en 2009, Rafael Nadal adopte le nouveau cordage RPM Blast (monofilament octogonal noir) l’année suivante. Il répond parfaitement à son jeu mêlant effet et accroche. Deuxième doublé Roland-Garros-Wimbledon cette année-là pour le Majorquin, qui fait son retour au rang de n°1 mondial. Il complète également sa collection de Grands Chelems à l’US Open. Il s’imposera également, avec cette raquette, à Roland-Garros en 2011 et 2012.

Après des ajustements réalisés à l’hiver 2011 en concertation avec les équipes Babolat, Rafael Nadal ajoute 3 g à sa tête de raquette. L’objectif, souhaité notamment par son oncle Toni, est double : retrouver de la longueur dans l’échange et au service, mais aussi confiance en son jeu. Objectif atteint puisque l’Espagnol s’impose une 8e fois à Roland-Garros en 2013 et s’adjuge son 13e titre du Grand Chelem à l’US Open en 2013.

Première entre une marque et un champion. Rafael Nadal change de cosmétique en cours de saison pour promouvoir le partenariat entre Roland-Garros et Babolat. Rafa et Roland-Garros, une association évidente, parachevée par une 9e victoire historique du Majorquin Porte d’Auteuil.

Pure Aero Decima

L’association ultime entre un immense champion, sa raquette et son tournoi de prédilection… C’est le cadeau d’Eric Babolat, PDG de la société, à son champion pour célébrer cette incroyable Decima. Le jaune et le orange symbolisent l’AeroPro Drive de Rafa et la terre battue parisienne où Rafa a désormais triomphé à 10 reprises. 10 trophées que l’on retrouve inscrits sur le cadre de cette raquette collector.

share it !
Plus d'articles